Un tour d’horizon sur l’assurance automobile

Assurer son automobile au meilleur prix est tout à fait possible à condition d’opter pour la bonne assurance et de bien choisir la garantie supplémentaire correspondant à votre profil de conducteur.

L’assurance « garantie au tiers », une couverture obligatoire

Après l’achat d’un véhicule auprès d’un mandataire automobile ou d’un concessionnaire, le conducteur doit souscrire au minimum une assurance afin de couvrir les dommages corporels et matériels de l’auto et des passagers en cas de sinistre. À défaut, cela risque de vous coûter très cher. L’assurance « garantie au tiers » concerne tout véhicule à moteur utilisant la route en France, à savoir, les deux et trois roues, les utilitaires, les voitures sans permis, les quads, les voitures particulières, etc.. Il s’agit d’une garantie responsabilité civile obligeant tout conducteur de souscrire son véhicule à une assurance auto. Cette dernière couvre les dommages corporels et matériels provoqués à un tiers par l’automobiliste. À titre d’information, les tiers incluent les passagers présents dans la voiture, les piétons, les occupants du véhicule impliqués dans l’accident ainsi que les cyclistes. Toutefois, la garantie responsabilité civile ne couvre pas les dommages que peuvent subir le conducteur et son véhicule.

Les risques encourus en cas d’absence d’assurance auto

Un véhicule qui vient d’être acquis chez un concessionnaire ou un mandataire automobile doit être assuré avant de circuler sur la voie publique. Conduire une voiture sans assurance peut produire ce que l’on appelle « défaut d’assurance ». Celle-ci est une infraction punie par la loi et le concerné doit ainsi payer une amende de 3 750 €. En plus de cela, le tribunal correctionnel est en mesure de prononcer d’autres peines complémentaires à l’encontre du contrevenant. Parmi elles, il y aura la suspension du permis de conduire d’une durée de 3 ans ou tout simplement son annulation. La confiscation définitive du véhicule est également possible, sans parler du stage de sensibilisation à la sécurité routière. Enfin, il y a la peine de travail d’intérêt général ou encore une peine de jours-amende. Manifestement, le défaut d’assurance est extrêmement pénalisant lorsqu’on aura vraiment besoin de rechercher une assurance.

Quelques mots sur la résiliation d’un contrat d’assurance auto

Plusieurs raisons incitent les automobilistes à changer ou à résilier son contrat d’assurance auto. Par exemple, ils souhaitent s’offrir une nouvelle voiture auprès d’un mandataire automobile, ou peut-être qu’ils trouvent la prime trop élevée, etc. Visiblement, les conditions d’annuler son assurance auto sont nombreuses et varient en fonction de la situation du conducteur. Avec l’entrée en vigueur de la loi Hamon en 2015, la résiliation d’un contrat d’assurance auto est devenue plus souple et on peut facilement changer d’assureur en fonction des envies. D’ailleurs, vous n’aurez plus besoins de justification particulière après un an d’engagement. Cependant, au cours de la première année de la signature d’un contrat d’assurance auto, cette étape n’est pas toujours aussi facile.